Idées de Tatouages

Partagez avec nous la passion du tatouage !


  • Histoire du Tatouage

    Le Monde du Tatouage

    en plus des modèles de tatouages, découvrez également sa place dans la société et à travers différents articles son histoire

  • Tatouage et Art Contemporain

    Le Tatouage et l'Art

    l'art du tatouage inspire de nombreux artistes contemporains (peintre, photographe, dessinateur), découvrez ici leurs oeuvres

  • Tatouages Noir / Couleurs

    un tatouage se définit par 4 axes: son motif, son emplacement, sa taille et sa gamme de valeurs pour le noir et gris ou de couleurs

    Histoire du tatouage dans la mafia japonaise, les Yakuza

    La culture japonaise est une des cultures les plus liées au monde des tatouages et pourtant malgré une évolution des mentalités, aujourd’hui encore le tatouage est mal vu au Japon à cause d'un passé trouble. Tout commença mal vers le Vème siècle quand les autorités japonaises influencées par l’arrivée du Bouddhisme et de la pensée chinoise (du confucianisme) sur le sol japonais, décidèrent d'utiliser le tatouage comme marque de punition (Bokukei) pour marquer et identifier plus facilement les criminels en fonction de leurs crimes, souvent d’une bande noire sur l’avant bras ou d'un signe sur le front, à la place de l’amputation du nez ou de l’oreille, en vigueur auparavant. Un phénomène qui fut repris par les prostituées pour ajouter une touche d'érotisme à leurs corps, principalement des endroits très visibles : les bras, le dos des mains, la poitrine et le visage. Et voilà c'en était fait de la mauvaise réputation du tatouage au japon, l'empereur Mutsuhito prohiba même officiellement sa pratique en 1872.

     

    Pourtant au début du 18ème siècle, le tatouage japonais connut un regain d'estime grâce à des corps de métiers comme les pompiers qui l'utilisèrent comme signe de virilité, de courage et de protection contre les accidents,  en se tatouant entre autres, des tigres, des coqs, des lions ou des dragons (signe d’eau qui était supposé les protéger des flammes). Mais son appropriation par les Yakusas, membres de la mafia japonaise donna définitivement une mauvaise image à l'art du tatouage. Ceux-ci en effet exigèrent des nouveaux membres qu'ils se tatouent. Cette étape était considérée comme un test d’endurance, de courage et également comme signe de fidélité à leur clan ainsi qu'à leur mode de vie. Enfin le tatouage servait à montrer aux autres criminels et à la population à quel gang ils appartenaient. En effet, les membres d’un même clan arboraient des motifs aux significations similaires (un peu comme des armoiries). Et selon, la tradition Yakusa, plus un criminel était tatoué, plus il avait commis de délits et plus il avait un rôle important dans le gang. Chaque nouveau tatouage réalisé à la main par des maîtres tatoueurs était une fierté: Le tigre, le serpent, le phœnix, le dragon, la carpe Koi, la pivoine, le chrysanthème, la fleur de cerisier ou encore la geisha et le samouraï étaient les motifs les plus couramment tatoués.

     

    Ce temps est aujourd'hui révolu, les Yakusas se font plus discrets et évitent les tatouages intégraux, ils veulent se fondre dans la population pour commettre leurs forfaits qui aujourd'hui touchent plus le domaine financier que celui de la rue. Il n'est plus question comme les anciens Yakuzas d'arborer fièrement un Irezumi (tatouage intégral à l’exception du visage, des mains des pieds et du centre de la poitrine, réalisé de manière ancestrale à l’aide de multiples aiguilles fixées sur un bâton en bambou ou en acier inoxydable), les jeunes préférant maintenant les motifs et tatouages occidentaux et/ou inspirés de la culture populaire, également moins chers (un Irezumi pouvant coûter plusieurs dizaines de milliers d’euros), moins douloureux et plus rapide à réaliser (3 à 5 ans de travail pour un Irezumi). C'est ainsi que pour des raisons de tranquillité, les personnes tatouées devant encore aujourd'hui impérativement couvrir leur tatouage lorsqu’ils entrent dans les bains publics "onsen", dans les parcs d’attraction, ou salles de sport.

    ---> Retour à la catégorie Tatouage et Société.


    Écrire commentaire

    Commentaires : 0