Idées de Tatouages

Partagez avec nous la passion du tatouage !


  • Histoire du Tatouage

    Le Monde du Tatouage

    en plus des modèles de tatouages, découvrez également sa place dans la société et à travers différents articles son histoire

  • Tatouage et Art Contemporain

    Le Tatouage et l'Art

    l'art du tatouage inspire de nombreux artistes contemporains (peintre, photographe, dessinateur), découvrez ici leurs oeuvres

  • Tatouages Noir / Couleurs

    un tatouage se définit par 4 axes: son motif, son emplacement, sa taille et sa gamme de valeurs pour le noir et gris ou de couleurs

    les tatouages des gangs sud africains, les Numbers

    Les tatouages des gangs sud africains qu'on appellent les 26s, 27s et 28s racontent une histoire personnelle forte mais ont aussi une forte connotation historique. En effet, les Numbers ont une légende romancée qui remonte au XIXème siècle. A l’origine, il s’agissait d’un groupe qui se battait contre la domination des colonisateurs puis ensuite qui fit face au gouvernement ségrégationniste de l’Apartheid. Les 28, le plus vieux gang, est donc créé en 1906 par 28 Noirs se révoltant face aux atrocités du régime carcéral blanc et refusant le dur labeur des mines pour exprimer leur "liberté" dans le banditisme.

     

    De nos jours, les 26s, 27s et 28s , sont connus pour être structurés d’une manière quasi militaire autour de règles et d’un langage, le Sabela. Ils sont présents dans toutes les prisons du pays et ce sont eux qui font la loi derrière les barreaux. Les 28s sont une organisation très élargie qui se distingue par une certaine pratique sexuelle: Le viol de détenu est en effet établi comme sanction mais aussi comme régime de domination. Les 27s eux ce sont formés en rébellion à ces viols systématiques, ils sont appelés Men of Blood (Hommes de Sang), et sont souvent chargés de tuer les gardiens et détenus. D'ailleurs, l’exécution du contrat est la première mise à l’épreuve d’un détenu qui veut entrer dans le club. Les 26s eux, n’utilisent pas la violence, ils montent des arnaques et volent aux gardiens ou co-détenus tout ce qui peut servir à la contrebande.

     

    Pour en revenir aux tatouages des Numbers, ceux-ci ont pour principal but de montrer l’appartenance au gang et à quelle mouvance des Numbers ils appartiennent. Le tatouage est un moyen de reconnaissance entre eux pour se placer dans la hiérarchie du gang. Mais il exprime aussi leur rejet de la société, des autorités et sert également à les déshumaniser et à inspirer la peur. Et apparemment ça fonctionne puisque les gens sont effrayés par ces tatouages. Par contre il y a un revers de médaille à arborer ces signes distinctifs, pour les ex-détenus, il est quasiment impossible de trouver un travail car les employeurs pensent qu’ils vont les voler. Ils sont également rejetés par leur famille. Une fois sorti, les tatouages dont ils ont recouvert leurs corps, et même leurs visages, leur ôtent donc tout espoir de réinsertion. Le crime et la prison deviennent alors leur seules issues.

     

    Par contre, le sens véritable de ces tatouages est gardé secret, ils ne ne peuvent pas en dévoiler la signification. Néanmoins, les tatouages que nous retrouvons le plus souvent sur leurs peaux sont le chiffre du gang (26s, 27s et 28s), des étoiles sur les épaules pour indiquer leurs grades ou le symbole du dollar ou le la Livre Sterling qui signifie que le tatoué a volé un étranger. Ils se font aussi tatouer des mains avec les doigts dans différentes positions pour représenter le statut dans leur gang. Quelques membres du 28s ont un pénis en érection tatoué, ce sont ceux qui ont pour habitude de prendre des esclaves sexuels. Plus généralement, l’ancienne école arbore des tatouages qui représentent des scènes traditionnelles des Numbers et des Zoulous. Les jeunes sont plus influencés par l’esthétique des gangs US.

     

    Enfin, leurs tatouages sont réalisés de manière artisanale, pour la couleur noire, ils utilisent des déchets brûlés, du caoutchouc industriel et de la poussière de briques pour le rouge. Le pigment peut aussi provenir de boites de conserve ou de piles. Ils mixent ensuite ces pigments avec la salive pour créer leur encre. Et pour finir, ils se tatouent avec de vieilles aiguilles qu’ils partagent entre eux. Au final, le tatouage est en relief car ils poussent ces pigments sous la peau.

    ---> Retour à la catégorie Tatouage et Société.


    Écrire commentaire

    Commentaires : 0