Idées de Tatouages

Partagez avec nous la passion du tatouage !


  • Histoire du Tatouage

    Le Monde du Tatouage

    en plus des modèles de tatouages, découvrez également sa place dans la société et à travers différents articles son histoire

  • Tatouage et Art Contemporain

    Le Tatouage et l'Art

    l'art du tatouage inspire de nombreux artistes contemporains (peintre, photographe, dessinateur), découvrez ici leurs oeuvres

  • Tatouages Noir / Couleurs

    un tatouage se définit par 4 axes: son motif, son emplacement, sa taille et sa gamme de valeurs pour le noir et gris ou de couleurs

    mar.

    04

    mars

    2014

    Histoire du tatouage, la culture alternative à la mode

    Tattoo Machine

    Le tatouage est une pratique ancestrale, qui remonte aux origines des peuples de l'Antiquité. Cet art s'est répandu de façon indépendante au sein de nombreux peuples. Le tatouage a donc été utilisé pratiquement en tous lieux et à toutes les époques, mais souvent dans des couches sociales bien délimitées: Marins, galériens, bagnards, esclaves, prisonniers, pirates, corsaires et bourgeois, et même nobles à certaines époques. On ne peut pas situer exactement sa naissance dans une population précise, les différentes techniques de tatouage ont vraisemblablement été inventées ou modifiées à plusieurs reprises, simultanément ou de manière indépendante.

     

    Difficile donc de dire avec certitudes d'ou vient l'idée de tatouage, en tout cas la pratique du tatouage est attestée depuis le néolithique. "Ötzi", l'homme des glaces découvert gelé dans les Alpes italo-autrichiennes (1991) arbore des tatouages thérapeutiques pour lutter contre l'arthrose, car en effet les tatouages ont été administrés au niveau des articulations. Les analyses au carbone 14 réalisées par la communauté scientifique estiment sa mort vers 3500 av. J.-C. Et la découverte en Egypte d'une momie d'une prêtresse d'HATOR (déesse égyptienne représentée sous la forme d'une vache) datant de la XIè dynastie (2200 av JC) qui présente clairement des marques de tatouages sur le corps, atteste de cette ancienneté de la pratique du tatouage.

     

    On peut également voir au musée de Léningrad, le corps d'un guérrier SHIITE conservé dans les glaces pendant quelques 2000 ans, découvert en parfait état en 1947 et dont les bras sont recouverts de tatouages sophistiqués. Plus prés de nous et en Europe, on en trouve traces chez les gaulois, les ethnies "britanniques" (CÉSAR note dans "De bello gallica" que tous les bretons se colorent la peau avec une matière colorante de teinte bleue.) Les romains utilisaient le tatouage pour marquer les mercenaires, les esclaves, les criminels et les hérétiques. Ainsi après la bataille de HASTINGS, le corps décapité et mutilé du roi ARNOLD pût être identifié par le mot "EDITH" qu'il portait tatoué sur sa poitrine. Les premiers chrétiens d'orient, et en particulier les Coptes se faisaient tatouer des symboles de leur religion, cette coutume s'est d'ailleurs perpétué longtemps (jusqu'au XXè siècle) parmi les pèlerins de passage à Jérusalem.

     

    Rite initiatique, signe d’identité ou marque protectrice chez les Celtes, les Japonais, les Egyptiens ou les Polynésiens, le tatouage avait presque fini par disparaître des traditions tribales au fil des siècles. Mais au XVIIIe siècle, il revient sur la peau des marins, inspirés par les coutumes tahitiennes découvertes dans le Pacifique par James Cook. L’usage se propage alors en Occident et devient l’apanage des marginaux, notamment dans les prisons ou il est réalisé avec des moyens de fortune, et devait être caché car sa pratique était interdite. L'acte de marquage corporel représentait en effet pour les détenus une part de liberté, une façon de revendiquer leur existence malgré l'enfermement.

     

    En 1891, à New York, Samuel O’Reilly invente la première machine à tatouer électrique (dermographe) qui était en fait, un instrument breveté en 1876 par Thomas Edison et servant à trouer les feuilles de papier qui étaient ensuite employées comme pochoirs pour l'impression. Charlie Wagner perfectionna ensuite la technique du tatouage en utilisant l'appareil d'O'Reilly. Cette invention fait souffler un vent de modernité sur la pratique du tatouage et le professionnalise un peu plus. En Europe, les premiers studios de tatouage ouvrent leurs portes au milieu du XXe siècle mais ne se généralisent qu’à partir des années 70. Ce sont alors les "mauvais garçons", bikers, rockers ou punks, qui sont touchés par le phénomène de la pigmentation de l’épiderme. Autrement dit, une population marginale qui choisit d’en faire un signe de rébellion et de protestation.

     

    C’est au cours des années 90 que le tatouage devient finalement un phénomène de mode, revêtant une dimension plus esthétique. Les amateurs de décorations corporelles sont alors de plus en plus nombreux. Aujourd'hui le tattoo est pratiqué comme une revendication de son identité en racontant une partie de son histoire, pour se démarquer ou au contraire s’identifier à un groupe mais aussi pour l’esthétisme que cela apporte au corps. Alors qu'Il occupait une toute autre fonction dans les sociétés anciennes où il était partie intégrante de rites de passage et de rituels magiques. 

    ---> Retour à la catégorie Tatouage et Société.


    Écrire commentaire

    Commentaires : 0